Ken Beardsall

Coordonnateur du programme d’étude Nunavusiutit
Gouvernement du Nunavut à Rankin Inlet, au Nunavut

Depuis le début de sa carrière, Ken Beardsall a axé son travail sur l’intersection entre les connaissances inuites et la géographie. M. Beardsall a participé à un programme d’échange estival dans l’Est de l’Arctique alors qu’il était en huitième année. Là, M. Beardsall a été séduit par le Nord, avec ses paysages variés et ses cultures fascinantes. Pendant son baccalauréat en géographie et études autochtones (Université Trent), chacun de ses projets était lié au Nord d’une manière ou d’une autre. Dans l’espoir de vivre un jour dans l’Arctique, M. Beardsall a appris l’ojibwé et, plus tard, l’inuktitut. Son rapport avec les communautés nordiques et ses compétences linguistiques ont facilité un déménagement en douceur au Nunavut après avoir terminé son baccalauréat en éducation (Université Lakehead). Actuellement, M. Beardsall travaille à intégrer les perspectives des Premières nations dans le programme d’études secondaires du Nunavut.

 

1. Pouvez-vous décrire votre cheminement professionnel depuis que vous êtes diplômé?

Ma thèse de spécialisation était intitulée « Éducation appropriée pour le géographe inuit » (Appropriate Education for the Inuit Geographer). J’ai réalisé ma recherche au Nunavut, où j’ai étudié comment les Inuit pratiquent ce que nous appelons traditionnellement la « géographie », de même que les types de programmes d’éducation qui appuieraient leurs pratiques. C’était

en 1986, et je fais encore le même travail aujourd’hui. Puis, je suis devenu enseignant et j’ai déménagé au Nunavut, et j’ai vite réalisé que le programme ne comprenait presque pas de géographie. Cela m’a attristé parce que les étudiants pourraient tant profiter d’une éducation en géographie, et les possibilités sont presque infinies. Maintenant, j’élabore le programme en études sociales du Nunavut et j’essaie d’inclure de la géographie partout où je le peux, mais c’est une tâche difficile.

2. Comment intégrez-vous la géographie dans votre travail?

Le Nunavut, avec ses deux millions de kilomètres carrés de territoire, possède des petites communautés dispersées. Par conséquent, je collabore avec beaucoup de personnes différentes dans des fuseaux horaires différents. Chaque fois que je me déplace pour le travail, que je rassemble des gens, que j’étudie des cartes et que je détermine un itinéraire, j’utilise la géographie. Il est intéressant de constater que la géographie se manifeste partout, pas seulement dans ma carrière. Nous avons achevé un bateau en Nouvelle-Écosse et nous l’avons amené jusqu’au Nunavut pendant l’été, alors mes compétences en géographie m’ont été utiles. Je fais également partie de l’équipe de recherche et de sauvetage de la communauté, où il est vital d’avoir le sens de l’orientation.

 

3. De quelles manières votre programme vous a-t-il préparé pour votre carrière?

J’ai suivi à l’université un cours appelé Géographie de l’Arctique. Il s’y trouvait un étudiant du Nord du Québec, et il était très utile de l’avoir dans notre classe. Il pouvait parler de la vie dans l’Arctique par expérience. C’est dans ce cours que j’ai commencé à penser à la façon dont nous pouvons combiner la géographie et les connaissances inuites.

 

Ce sont mes recherches pour ma thèse de spécialisation qui m’ont le mieux préparé à ce que je fais aujourd’hui. Je veux sincèrement aider le Nunavut à produire davantage d’étudiants en géographie de niveau universitaire. Cela aiderait les étudiants d’être entendus, mais cela aiderait également tout le domaine de la géographie. La perspective unique de ces gens peut apporter une grande contribution au dialogue sur la géographie et aider à faire progresser cette discipline.

 

4. Avez-vous des conseils à donner aux étudiants qui souhaitent se forger une carrière gratifiante en géographie?

Gardez l’esprit ouvert, parce que la géographie est une vaste discipline. Il y a tant de possibilités et d’options que vous ne voyez peut-être même pas. Ne limitez pas vos options et apprenez tout ce que vous pouvez. Apprenez à utiliser les systèmes d’information géospatiale (SIG), même si ce n’est que les principes de base, parce que c’est un excellent moyen d’exprimer les données et les tendances spatiales.

Contactez-nous

L'Association Canadienne des Géographes


Tél: (613) 562-5208
Courriel: info@cag-acg.ca
Adresse​​​​​​: 
60 University Private, 

Pavillon Simard, Salle 031

Ottawa, ON  K1N 6N5

Connectez avec nous
  • facebook
  • Twitter
D'autres liens

© 2019 Canadian Association of Geographers/Association Canadienne des Géographes