Andrew Davidson

Gestionnaire, Observation de la Terre
Agriculture et Agroalimentaire Canada à Ottawa, Ontario

Andrew Davidson a travaillé pour deux ministères fédéraux depuis 2006. À Agriculture et Agroalimentaire Canada (2006-2009), il a dirigé la mise au point d'un prototype du Système national de surveillance des cultures pour acquérir et traiter en temps quasi-réel des évaluations agricoles à partir de données satellitaires. À Santé Canada (2009-2011), il a élaboré des approches géomatiques pour caractériser l'exposition humaine à la pollution atmosphérique. Davidson est retourné à Agriculture Canada en 2011 comme gestionnaire de l'observation de la Terre au Centre de l'agroclimat, de la géomatique et de l'observation de la Terre (CAGOT) d'Agriculture Canada.

 

Davidson entretient des liens étroits avec le milieu universitaire. Il est professeur auxiliaire de recherche au Département de géographie et d'études environnementales de l'Université Carleton, où il enseigne et supervise des étudiants depuis 2003. Il a récemment élargi son rôle à l'Université pour y inclure le poste de scientifique associé au Laboratoire d'écologie géomatique et paysagère.

 

1. Pouvez-vous décrire votre cheminement de carrière depuis l'obtention de votre diplôme?

 

Ce fut un cheminement sinueux mais stratégique. Mon premier emploi après avoir terminé mon doctorat en 2002 a été un poste

 

de post-doctorant à Ressources naturelles Canada, où j'ai continué jusqu'en 2006. Le gouvernement de l'époque avait commencé à cesser les activités liées aux changements climatiques à RNCan, et j'avais donc commencé à explorer d'autres possibilités. Je m'attendais à obtenir un poste de professeur d'université ou dans un autre gouvernement. Bien qu'on m'ait offert un poste de professeur aux États-Unis, je suis resté à Ottawa parce que mon épouse et moi aimions la ville et savions qu'il y avait des possibilités de carrière pour nous deux à long terme. En 2006, j'ai pris un poste de trois ans à Agriculture Canada. Puis, à la fin du terme, j'ai déménagé à Santé Canada pour travailler sur la modélisation de la qualité de l'air et l'évaluation de l'exposition. En 2011, je suis retourné à Agriculture Canada pour gérer les opérations d'observation de la Terre (OT).

2. Comment intégrez-vous la géographie dans votre travail?

 

Tout ce que je fais, c'est de la géographie. Toute donnée associée à un emplacement est de nature géographique, qu'il s'agisse de télédétection, de programmation, d'analyse statistique ou de détection de changement temporel. Nous sommes principalement responsables de la cartographie spatiale des terres agricoles du Canada. Nous utilisons des images satellites pour créer des cartes et d'autres produits d'information à valeur ajoutée qui sont utilisés pour appuyer la prise de décisions au sein d'Agriculture Canada, du gouvernement du Canada en général et du secteur entier.

 

3. De quelle façon votre programme vous a-t-il préparé à votre carrière?

 

Mon diplôme d'études supérieures m'a bien préparé à la recherche et au développement d'applications en sciences gouvernementales. Mon doctorat m'a appris à travailler avec un budget limité, à rédiger des propositions, à gérer des projets et des personnes, et m'a donné un aperçu de l'ensemble du processus de recherche. Le programme m'a donné un excellent éventail de compétences qui, même 15 ans plus tard, demeure flexible et transférable. Par exemple, je n'avais aucune expérience en santé publique ou en épidémiologie avant de travailler avec Santé Canada, mais mes gestionnaires savaient que mes compétences en analyse spatiale et en modélisation étaient exactement ce dont ils avaient besoin.

 

4. Avez-vous des conseils à donner aux étudiants qui souhaitent faire carrière en géographie?

 

Gérez vos attentes. Je rencontre souvent des étudiants qui pensent qu'ils vont gagner beaucoup d'argent immédiatement après avoir obtenu leur diplôme. Certains le font, bien sûr, mais en général, ce n'est pas le cas. Tu commences dans un poste junior et tu montes. Le succès ne vient qu'avec le travail acharné et la volonté d'apprendre, d'assumer plus de responsabilités et de diriger. Si vous êtes la personne la plus intelligente de la pièce, vous êtes dans la mauvaise pièce.

 

Les élèves abandonnent souvent trop vite. J'ai connu des étudiants en géographie exceptionnellement talentueux qui voulaient poursuivre des carrières en géographie, mais qui sont passés à des domaines complètement différents lorsqu'ils ont été incapables de trouver un poste dans les mois qui ont suivi leur diplôme. Dans mon cas, il m'a fallu sept ans pour obtenir un poste permanent au gouvernement du Canada. Continuez à travailler sur le réseautage, à apprendre et à devenir un meilleur candidat. La persévérance est essentielle.

Contactez-nous

L'Association Canadienne des Géographes


Tél: (613) 562-5208
Courriel: info@cag-acg.ca
Adresse​​​​​​: 
60 University Private, 

Pavillon Simard, Salle 031

Ottawa, ON  K1N 6N5

Connectez avec nous
  • facebook
  • Twitter
D'autres liens

© 2019 Canadian Association of Geographers/Association Canadienne des Géographes